Historique

La création à Berchem-Sainte-Agathe, en 1883, par la Province de Brabant du premier établissement officiel pour sourds-muets - la section pour aveugles ne sera inaugurée qu'en 1904 - survenait en une époque de grande misère sociale et de profonde ignorance pour les infirmes concernés. L'accès à l'instruction ainsi offert aux premiers élèves leur ouvrit les horizons de la vie professionnelle et sociale. Très vite, malgré les préjugés, on put se rendre compte que sourds et aveugles, en s'instruisant et se formant, pouvaient apprendre des métiers, devenir artistes ou musiciens, prouver, comme l'a souvent proclamé le regretté directeur Auguste LONNOY, d'"être des hommes comme les autres".

A l'initiative de fonctionnaires provinciaux du Brabant, fut créé en 1909 - le drapeau en fait foi - une organisation protectrice des enfants nécessiteux de l'Institut de Berchem. Placée sous la présidence d'Emile JACQMIN dès 1910, celle-ci recevait annuellement un subside de 1000 francs pour soulager les misères et les détresse innombrables alors. Il fallut attendre l'année 1929 et le sursaut d'enthousiasme qui anima un petit groupe d'hommes de coeur qui, au début novembre, soucieux d'offrir une Saint-Nicolas aux pensionnaires de l'Institut, eurent l'idée d'organiser un bal; mis sur pied avec l'aide de quelques amis séduits par le projet et le concours gracieux du Mintrel's Orchestra et des commerçants de la commune qui alimentèrent la petite tombola prévue pour la circonstance, ce bal eut lieu le 29 novembre, connut un succès éclatant et rapporte 3000 francs - et tous les élèves de l'école connurent la première (et peut-être la plus belle) de leurs Saint-Nicolas. Forts de succès, les cinq pionniers comprirent qu'il ne fallait pas en rester là - et c'est ainsi que fut rénové le Protectorat dès le printemps 1930 sous la houlette de MM DEBRANDT, son premier Président, AUBERT, LEPAGE et DESMET, sans oublier A. LONNOY, nouveau directeur depuis quelques mois, qui fut jusqu'à sa retraite en 1947, l'un des plus fervents soutiens et défenseurs de l'oeuvre, en même temps que le père fondateur de nos deux Amicales. Très vite, le Protectorat prit de l'ampleur, avec sans cesse des projets nouveaux; dès 1932, grâce à d'heureuses influences, il bénéficia du premier d'une longue série de subsides de la part des "oeuvres du grand air" du journal "Le Soir". 1933 fut une année exceptionnellement féconde et bénéfique pour l'oeuvre: constituée en ASBL en mars, reconnue Société Royale et placée sous le haut patronage du Roi en juillet 1934, elle prit une part importante aux festivités du 50ème anniversaire de l'Institut, notamment lors de la magnifique exposition organisée au Palais provincial du Brabant pendant la "Semaine du sourd et de l'aveugle" qui connut un retentissement national. C'est en juillet 1933 qu'eut lieu le premier séjour d'une semaine au littoral pour tous les élèves de l'Institut. Grâce aux nombreux appuis et aux sympathies croissantes qu'il suscitait un peu partout, le Protectorat commença à enregistrer quantité d'adhésions, à recevoir des dons et bientôt des legs qui lui permirent d'accroître son oeuvre bienfaitrice. En 1934, lors de l'inauguration de la nouvelle salle de jeux, il dota celle-ci de billards, de tennis de table, de jeux de société et la section des aveugles d'un harmonium, d'un gramophone et de disques; de plus, il contribua au financement de l'aménagement d'une magnifique plaine de sport. Afin de pouvoir pérenniser ses actions en faveur des élèves et anciens bénéficiaires, le Protectorat organisa jusqu'à l'aube des années 1980 des bals annuels: l'un en février ou mars, à Berchem, afin d'entretenir ses liens étroits avec le public de la localité, l'autre, un gala de danse plus mondain dans des salles souvent prestigieuses (Palais d'Egmont, Palais des Beaux-Arts, Le Royal, La Madeleine), avec grand orchestre, animations et vedettes, spécialement destiné à alimenté le budget de la Saint-Nicolas. C'est encore en 1933 que fut organisé, le jour de l'Ascension, le premier d'une longue série de "cortèges" automobiles destinés à emmener les pensionnaires en excursion dans une ville plus ou moins proche de Bruxelles. Mais, à côté de sa participation aux fêtes de la Saint-Nicolas (distribution de friandises, jouets, outils ou livrets d'épargne) et de fin d'année scolaire, la grande affaire du Protectorat fut naturellement l'organisation, avec le concours de l'Institut et de son personnel, des séjours et voyages scolaires: à la côte et/ou dans les Ardennes, le circuit de trois jours en autocar et, après la guerre, des échanges de groupe d'élèves avec des écoles françaises (Asnières, St-Mandé, Paris, Cognin-Chambéry) et, à partir des années 1960, une grande diversification dans les destinations (Bretagne, Corse, etc...), sans oublier la côte et les Ardennes.

Quant aux anciens élèves, ils peuvent bénéficier de prêts d'honneur remboursables sans intérêts, soit pour des motifs professionnels ou en cas de grandes difficultés passagères, de secours exceptionnels liés aux circonstances de la vie et d'avantages divers. Durant de nombreuses années, le Protectorat entretint un orchestre symphonique composé d'une douzaine de musiciens aveugles et malvoyants sortis de l'Institut et qui anima avec talent et succès les bals de printemps et d'automne du Protectorat, puis ceux de l'Amicale et bien d'autres manifestations. Par ailleurs, la Maison des Sourds de la rue de Saxe-Cobourg a toujours bénéficié des soins attentifs et de l'appui du Protectorat tant sur le plan financier qu'admininstratif et juridique.

Pour terminer, je tiens encore à rendre hommage à l'oeuvre accomplie depuis si longtemps par le Protectorat en évoquant le rôle éminent qu'ont joué ses pésidents successifs: MM DEBRANDT (1930-33), Pierre VAN GLABBEKE (1933-47), Pierre DESMET (1947-69), Lucien TIMMERMANS (1969-95) et, bien entendu, notre Président actuel, son fils Olivier qui, en reprenant le gouvernail l'année même de la dislocation de la Province de Brabant et, conséquemment, de celle de l'Institut entre deux pouvoirs communautaires, hérita d'une situation nouvelle et d'un contexte incertain qu'il dirige avec prudence et sagesse. En tout cas, bravo à cette belle oeuvre philanthropique et à tous ceux et celles qui la défendent avec courage, ténacité et enthousiasme contre vents et tourmentes. Merci, et continuez de la sorte.

Pierre Lefebvre

Et maintenant...en 2017

Le Protectorat-Protectoraat est encore une des seules ASBL à ne faire aucune différence entre ses pupilles francophones et néerlandophones.

Il continue à s'occuper des entités que sont les deux écoles Alexandre Herlin et Kasterlinden    ( www.institutherlin.be et www.kasterlinden.be ) ainsi que des deux Amicales Vue                         ( letraitdunion.deschakel@gmail.com ) et Ouïe qui regroupent les élèves et anciens élèves des Instituts concernés.

Le conseil d'administration se réunit tous les premiers mardis de chaque mois (hors congés scolaires).

Il se compose d'un Président, de deux Vice-présidents, d'un Trésorier, d'un Administrateur -délégué et de plusieurs Administrateurs.

A sa table se retrouvent également les Présidents des Amicales.

Les Directeurs des écoles sont toujours les bienvenus en tant qu'observateurs.

Seul le Conseil d'administration a le droit de vote.

Il a donc été décidé de la suppression de la revue qui ne correspondait plus aux attentes ni du Conseil d'administration ni des membres ou adhérents !

Et donc vive le site :

http://protectorat-protectoraat.webnode.fr

Ce site espère être à même de vous tenir au courant des activités du Protectorat-Protectoraat mais aussi de nouvelles qui pourraient vous intéresser.

Une autre nouveauté, le compte bancaire de notre association a changé. L'autre est donc obsolète.

Prenez-en bonne note et d'avance merci, pour vos cotisations et vos dons:

BE29 7310 4340 6764

A bientôt